Reportage de nos envoyés spéciaux 

Une petite délégation du MCK (Adrien et Céline) est partie pour le concours de Feytiat qui se déroulait le week-end du 5 et 6 septembre. Départ avec 5 caisses, heureusement que la 207 possède un grand coffre !

Après un peu plus de 600 km, les 16 figurines et la maquette arrivent à Limoges le vendredi soir. On croise Didier Fancagne dans les couloirs de l’appart’City. Ça met déjà dans l’ambiance !

Samedi matin, nous arrivons vers 10 h à la salle Georges Brassens sous un beau ciel bleu (photo à l’appui !) pour y déposer les pièces du club. Le club de la figurine historique du Limousin et des amis du maréchal Jourdan nous accueille chaleureusement et nous confirme que les pré-inscriptions ont bien été reçues. Il ne reste plus qu’à déposer les figurines.


Durant le week-end des démonstrations ont été réalisées par Bruno LAVALLEE, Jean-Louis BERGER, Jean-Luc PIQUARD et Christian Petit notamment pour les effets d’eau

Lors de cette première visite du MCK à cette exposition-concours, le club a remis un prix avec un coup de cœur pour un display sur la thématique indienne présentée en catégorie confirmé.


Parmi les 150 participants du concours représentant un peu plus de 300 pièces, les 5 participants ont été primés. Ainsi, le MCK revient avec 7 médailles et 3 prix spéciaux :

  • Historique peinture novice : Bronze Greg et Or Céline
  • Fantastique peinture novice : Argent Céline
  • Historique peinture confirmé : Or Adrien
  • Fantastique peinture confirmé : Argent Adrien
  • Maquette Blindés Peinture confirmé : Bronze Jacques
  • Trophée Buste Bruno Lavallée (Big Red) : Or Adrien
  • Trophées spéciaux : Prix colle 21 pour Bertrand et Greg + Prix Gerona pour Céline


Avant de reprendre la route le lundi matin, nous nous sommes rendus dans le village martyr d’Oradour-sur-Glane. Ce lieu de mémoire témoigne du massacre de 642 personnes (dont 247 femmes et 205 enfants de moins de 15 ans) qui ont été fusillées ou brûlées le 10 juin 1944 par une unité de la Waffen-SS. Les ruines montrent la puissance évocatrice du drame.


Pour plus de photos, cliquez le lien en bas de page