Le baudrier en cuir et le fourreau de l'épée

Baudrier et fourreau, a priori fait du même cuir et présentant le même niveau d'usure, seront peint simultanéement.

 

Pour rappel, la base est en marron Humbrol mat n° 186.

Premier passage à la peinture à l'huile. Le mélange est composé de TOB, noir d'ivoire, ocre d'or et blanc de titane.


A ce stade il s'agit simplement de poser les principales zones d'ombre et de lumière. Conserver une certaine irrégularité dans les fondus pour préparer l'étape suivante qui consistera  à "vieillir" la ceinture.

Le vieillissement

 

Tout d'abord, on enrichit les couleurs en posant sur la base précédente des lavis à base de 2 couleurs :

  • de la terre de Sienne brûlée sur les parties en relief donc bien éclairées
  • du violet d'Egypte (un violet sombre tirant sur le bleu) sur les parties les moins exposées.

 

Puis on simule des craquelures et l'usure des bordures en "trompe-l'oeil". Un travail très sympathique qui nécessite un peu de temps et autant de soin pour obtenir un rendu réaliste.

Gros plan sur une craquelure pour illustrer le procédé du trompe-l'oeil. 

On peut revenir sur ce travail à plusieurs reprises ... Il est possible de simuler également des coutures près des bords de la ceinture, selon le même procédé.

Et voilà pour la ceinture. Pour le fourreau de l'épée, c'est exactement la même chose !